Empreinte et Territoire, nouvelle exposition de l’association MACLA

Classé dans : Non classé | 2

Banner Empreinte et territoire

 

Avec plus de cinq ans d’existence dans le paysage artistique bordelais, MACLA (Muestra d’Art Contemporaine Latino-américaine) propose chaque année des expositions qui sont devenues un rendez-vous incontournable avec la culture latino-américaine à Bordeaux.

Pour ce début de 2019, MACLA propose une exposition qui rassemble 12 artistes de 9 pays différents d’Amérique Latine autour d’une réflexion commune sur un sujet d’actualité : Empreinte et territoire.

Le thème choisi pour cette exposition se trouve dans la continuité de la réflexion entamée lors de ces dernières expositions (Identités, Entre Amérique et Europe : les utopies en transit) autour de la relation entre l’identité et l’appartenance à un territoire. C’est un thème d’actualité non seulement de par le débat constant autour de la migration dans lequel nous sommes immergés par les médias et les réseaux sociaux, mais aussi de par le paysage politique international et les changements sociaux en France et en Europe, qui questionnent les concepts de territoire, de la nation, etc. 

Les œuvres de tous ces artistes seront exposées à l’Instituto Cervantes de Bordeaux, partenaire de MACLA depuis cinq ans, à partir du 24 janvier et jusqu’au 27 février.

 

Le thème : Empreinte et territoire

L’exposition 2019 de MACLA propose la réflexion de divers artistes d’Amérique Latine autour de ces deux notions distinctes mais qui dialoguent lorsqu’elles entrent en relation étroite avec l’individu et son historie. L’empreinte peut être corporelle ou mémorielle, temporaire ou permanente. Quant au territoire, il peut s’agir d’un lieu de naissance ou d’habitat. Ces deux notions sont à l’origine d’une mémoire personnelle et collective.

La notion d’« empreinte » a une double connotation. Elle peut être corporelle ou mémorielle. Ainsi, au sens littéral du terme, il s’agit d’une marque ou d’une trace laissée par la pression d’un objet ou d’un corps sur une surface ou sur un autre corps. Etymologiquement, le mot est dérivé du latin classique imprimere qui signifie « appuyer sur, imprimer ». En ce sens, il est proche du domaine de l’estampe et notamment de celui de la photographie ; la trace photographique rend visible ce qui était autrefois ici et a maintenant disparu, du hic et du nunc de Walter Benjamin.

Au sens figuré, l’empreinte est une marque durable, profonde et à caractère distinctif. Dans cette acception, elle est liée aux souvenirs, aux expériences, au vécu, aux rencontres et participe de la construction de notre identité. Il faut la concevoir comme une donnée variable car elle évolue dans le temps, selon le contexte.

Le mot « territoire », quant à lui, désigne un espace au sein duquel cohabitent des êtres vivants. Il peut être terrestre, délimité par des frontières et soumis à une autorité politique : c’est le cas d’un pays ; il peut s’agir aussi d’un espace vécu par un individu qui se l’approprie. Le sentiment d’appartenance joue alors un rôle prépondérant : on peut ainsi se sentir plus attaché à son pays d’accueil qu’à son pays d’origine.

Mais comment l’artiste d’un côté et le public de l’autre peuvent se rapprocher (et s’approprier) de ces deux éléments ? La réponse à cette question nous semble venir du fait que, sous un aspect plus intime, le corps peut être considéré comme territoire. Il porte des marques, des cicatrices, les stigmates du temps et exprime parfois nos états d’âme. Le corps est indissociable de toutes ces empreintes, à l’image de nos lieux de vie et de passage qui sont inséparables de celles laissées par nos expériences et nos souvenirs.  

 

Les artistes

Ricardo de Armas Rodríguez (Cuba)

Fernando Cometto (Argentina)

Silvana Gallinotti (Argentine)

Carmen Herrera Nolorve (Pérou)

Andrea Ho Posani (Vénézuela)

César-Octavio Santa Cruz (Pérou)

Fabiana Peña Plault (Colombie) 

Vera Picado (Costa Rica)

Sergio Santamaría Borges (Vénézuela)

Ivan Torres (Mexique)

Ron Vargas (Bolivie)

Desirode (Équateur)

 

Instituto Cervantes de Burdeos (57 Cours de l’Intendance, 33000 Bordeaux)

A visiter de lundi à jeudi de 10h à 18h, et vendredi de 10h à 14h. 

2 Responses

    • MACLA

      Bonjour, merci de votre message. Oui malheureusement sont les horaires de l’Institut Cervantes. Mais bientôt on aura une autre exposition dans un autre lieu qui sera ouvert les weekends. On vos tiendra au courant! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *